L’Histoire du patronat de 1945 à nos jours

Il s’agit d’abord d’une somme, d’un livre très long, très riche d’informations, complexe, dans lequel il est difficile de prendre des notes. Il se décline en parties et sous-parties présentées dans l’introduction du livre, qui donne déjà le ton : par exemple, la caisse noire de l’UIMM a financé syndicats, chercheurs, journalistes, responsables politiques. Ou encore : une grande partie du patronat français est parvenue à faire oublier son passé vichyssois & à prendre toute sa part dans la Reconstruction.

Mais l’axiome fondamental sur lequel est basé le livre, et que beaucoup, des économistes surtout, rejetteront, repose sur un fonctionnement de l’économie, et singulièrement celui du capitalisme moderne industriel hérité du XIXe siècle, basé sur la triche. Plus de lois économiques, plus de marchés à conquérir selon des règles préétablies, non, juste des prédateurs privés s’arrangeant avec un État complice afin de bâtir d’énormes fortunes. Le pantouflage n’est d’ailleurs plus hype, le parcours en sens inverse semblant plus prometteur.

La quatrième de couverture résume bien l’ensemble de l’ouvrage de patrons qui ont réellement façonné le capitalisme français dans un système né dans l’après-guerre avec recyclage des anciens cadres de Vichy dans la reconstruction jusqu’aux caisses noires des syndicats patronaux, en passant par le financement secret des partis politiques ou les graves dérives du paritarisme. Albertini, éminence grise du patronat et de Matignon sous Pompidou liée à l’extrême droite dans les années 1950, ou les conseillers du prince qui ont influencé les choix économiques des présidents de la Ve. On y voit d’efficaces lobbyistes destinés à tailler des lois sur mesure au détriment de la santé des citoyens, un patronat qui a su s’appuyer sur des intellos’ & de grands médias pour convertir les élites politiques aux mérites de la finance dérégulée.

On découvre comment se sont vraiment faites la plupart des fortunes françaises, d’hier et d’aujourd’hui : subventions extorquées à l’État, entreprises publiques bradées, rachats de sociétés dans des conditions obscures, montages financiers spéciaux, fraude fiscale, espionnage, coups fourrés, etc. La légende de patrons conquérants, prenant tous les risques pour faire leur fortune tels des entrepreneurs, sort sérieusement écornée de ce magistral livre-enquête.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s